Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:29


Tramuntana 4Majorque, terre de rando...


C'est vrai, de prime abord, Majorque ça sonne un peu tourisme de masse : plages bondées et littoral bétonné. Mais oublions nos a prioris pour se concentrer sur ce que l'île offre de plus attirant aux amateurs avides de sensations que nous sommes...

Et là... surprise! "Mallorca" est un vrai paradis de la rando en montagne, pratiquée dans la Serra de Tramuntana, qui domine toute la partie nord-ouest de l'île dans un axe Nord Est -Sud Ouest.

Avec un sommet culminant à 1445m d'altitude (le Puig Major), qui en cache une multitude d'autres à peine moins hauts, le massif abrite le fameux GR 221 (surnommé le Chemin de la Pierre Sèche), qui serpente sur près de 80 kilomètres, et cache de nombreux trésors : vues à couper le souffle, villages charmants, lacs d'altitude, torrents... et toujours le bleu turquoise de la Méditerranée comme premier compagnon de rando! Au menu donc, 2 journées complètes de rando "à la Corse".

Celles et ceux qui étaient parmi nous en septembre 2009 dans l'île de Beauté comprendront... Disons qu'on privilégiera l'aventure et la découverte, avec une nuitée prévue en refuge ou dans un petit village au coeur du massif.

Tramuntana 1 Tramuntana 2 Tramuntana 3
Tramuntana 5 Tramuntana-6.jpg

Une dose supplémentaire d'aventure...

On ne se limitera pas à la rando. Après ces 2 journées à tutoyer les cîmes majorcaines, le 3ème jour sera consacré à une activité sportive. Séquence vibrations... Concrètement et en fonction des conditions météo, on prévoit une initiation au kite-surf (ou un perfectionnement pour certains), au surf, ou un parcours VTT de derrière les fagots. Mais les possibilités sont nombreuses : voile, planche, kayak de mer, escalade, plongée, etc. Important : cette 3ème journée d'activités sera réservée à l'avance et sera encadrée par des moniteurs compétents. Aucun risque donc de tergiverser le matin pour envisager le programme du jour... 

kitemallorca VTT

Une pincée de béatitude profonde...

La 4ème journée sera douce pour celles et ceux qui souhaitent souffler un peu. Pour les 3 dernières nuitées, nous avons réservé une superbe villa dans le Nord Est de l'île, avec piscine! Mais qui n'est pas bien loin des plus belles plages de l'île : cala Ratjada, Cala Mesquida, cala Agulla... parmi tant d'autres. Et pour celles et ceux que l'oisiveté au bord d'une piscine ou la bronzette sur une plage rebutent, il y a pas mal de clubs nautiques dans la région (plus qu'en Sardaigne...), et bien d'autres possibilités de balades et d'activités diverses.   

Alcudia cala-mesquida Pollença
Villa Villa balcon Villa salon
   
Infos pratiques...

3 petits jours de congé à prendre sur votre solde de 2013... Départ le jeudi 10 octobre en fin de journée et retour le mardi 15 octobre en début de soirée. Des voitures nous attendront bien évidemment à l'aéroport de Palma.  

La PAF : 350€ / personne

plage procheLe prix comprend
: l'hébergement pour les 2 premières nuits (sur base de 2 pers. en ch. double) avec les petit-déjeuners ; le logement en villa pour les 3 dernières nuits ; et la location des voitures avec le carburant (sur base de 4 pers. / voiture).

Le prix ne comprend pas : tout le reste... comme par exemple, les suppléments en ch. single (sur demande préalable) ; la PAF à l'activité sportive du dimanche (kite-surf, kayak, surf, VTT... compter entre 40€ et 100€ par personne en fonction de l'activité qui sera pratiquée) ; les repas du midi et du soir ; les petit-déjeuners des jours 3 à 5 ; les assurances ; et bien entendu les billets d'avion!    

Les étapes pour confirmer votre participation :

  1. Vous inscrire par mail 
  2. Effectuer le paiement d'un acompte de 100€ au compte n° BE89 6116 5286 0085, aux noms de Frédéric Remi & Patrick Elias (BIC : DEUTBEBE), avec la communication "acompte Majorque 2013".
  3. Dès confirmation de notre part de votre inscription, réserver vos vols au plus vite : Vol aller le jeudi 10/10 (vol Ryanair FR9339 Charleroi-Palma, décollage à 17h45 et arrivée à 19h55) & retour le mardi 15/10 (vol Ryanair FR9338 Palma-Charleroi, décollage à 18h30 et arrivée à 20h50). 
  4. Régler le solde de votre PAF sur le même compte avant le 20 septembre! 

Les places étant limitées, ne tardez pas à vous inscrire!


A très bientôt !


Patrick & Fred

Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires à vivre
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:48


2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0127Impressions...


Imaginez des plages d’un sable blanc éclatant sous un beau ciel bleu azur… Imaginez une nature tellement verte qu’elle semble sortie tout droit d’un tableau de Sérusier ou de Gauguin…

Imaginez u
n dolmen dressé à l’orée d’un bois, des crêperies à tous les coins de rue, des huitres fraîches à chaque étape, une mer omniprésente, un soleil doux et chaud, et des mollets vaillants à l’assaut des monts et vaux de cette région enchanteresse... Voilà en résumé ce que vous avez peut-être manqué.

Arrivée en car à Vannes…

Comme dans les grands tours cyclistes, le prologue est une course contre la montre.
On boucle nos bagages en dernière minute, on travaille jusqu’au dernier moment histoire d’économiser nos précieux congés, et on roule le plus vite possible pour arriver au plus tôt à destination (ndlr : mais toujours à des vitesses autorisées bien entendu!). Après une petite étape au casino de Cabourg pour certains d’entre nous - l’occasion d’un dîner sous un magnifique coucher de ce soleil qu’on n’avait plus vu depuis (trop) longtemps, encore un peu de route puis c’est la première nuit, bien méritée, dans un motel de la banlieue rennaise.

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0003 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0009 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0017

Encore une petite heure de voiture le samedi matin et nous arrivons en pleine forme et sous le soleil à la gare de Vannes. Après un petit conciliabule avec le chef de gare, quelque peu dubitatif à l'idée de voir entrer nos 10 vélos dans le train, nous parvenons tout juste à caser les bécanes et les fontes dans le ter qui vient d'entrer en gare. En voiture donc pour le véritable point de départ de notre escapade bretonne : Quimper.

Située dans le Finistère sud, Quimper nous accueille avec ses ruelles piétonnes, sa cathédrale de granit (Saint-Corentin), et l’Odet, qui berce le cœur médiéval de cette jolie cité du sud de la Bretagne. On en profite, juste le temps de souffler un peu, puis c’est parti pour une première côte qui donnera un avant-goût du profil de la randonnée de ces prochains jours.


La Bretagne, c’est pas le plat pays…


Une fois sortis de la ville, on se perd sur les petites routes. Enfin, quand je dis qu’on se perd, c’est au sens figuré du terme puisque nos routeurs veillent à coups de cartes et de GPS à nous faire découvrir les plus beaux itinéraires de la région. Un pique-nique champêtre au beau milieu d’un paysage verdoyant et bucolique, un premier contact avec l’océan du côté de La Forêt Fouesnant, une visite expresse de Concarneau et sa ville close avec notre premier bac pour passer sur l’autre rive du chenal… puis nous mettons le cap sur la pointe de Raguenez, avant de prendre un peu de repos bien mérité dans ce havre de paix, très « phare du bout du monde ». Voir le tracé de cette première journée de bicyclette.

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0026 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0038 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0043
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0048 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0051 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0081
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0092 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0130   

Notre hôtel, l’Ar Men Du, est un petit palace gastronomique planté au bout d’un cap rocheux : chambres tout confort et excellent repas, avec cette petite étoile en plus qui nous donne droit à une présentation en grande pompe des vins et des plats.


Passeurs de rives : une légende bretonne…


Deuxième jour de balade. On n’est pas pressés… Quoique… Passeur ou pas passeur ? Telle est la question. A Kerdruc, y’a rien. On devra contourner l’Aven et passer par son pont et ses célèbres marchands de galettes. Une rivière plus loin, face au Belon, c’est le même constat : toujours pas de passeur! Un détour vers le nord pour rejoindre Moëlan-sur-Mer s’impose donc. Certains auront bien besoin d’une bonne douzaine d’huitres du cru pour trouver la force de remonter la côte.

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0144 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0155
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0162 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0185 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0170
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0177 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0183 

Après Doëlan, mignon petit village avec son anse de carte postale, il reste encore un espoir de traverser la Laïta du côté du port du Pouldu… Des infos contradictoires glânées auprès des locaux nous font hésiter et nous décidons de jouer la carte de la sécurité en contournant par le nord et le pont Saint-Maurice. Ce dernier détour rajoute des kilomètres à notre journée et ce sera un sprint final et la traversée de Lorient express pour arriver à temps au ferry qui nous mènera à notre dernière destination de la journée, l’île de Groix. Une ultime montée de quelques centaines de mètres et nous arrivons, fourbus mais heureux, dans ce charmant petit hôtel, veillé par un magnifique et vénérable cyprès… ou cèdre du Liban... A moins que ce ne soit un cyprès du Liban ? On n’a pas encore tranché.

Une plage susceptible…


La troisième journée débute par un tour de l’île, enfin par un demi tour de l’île, puisque le ferry est à 13h30 et qu’il ne faudrait pas le rater. On fait tout de même une halte prolongée sur la magnifique plage des Grands Sables, la « seule plage convexe d’Europe » selon les guides. Rien que ça... Mais c’est vrai qu’elle vaut le détour ! Petite baignade improvisée avec ou sans maillot pour les plus courageuses et courageux d’entre nous, dans une eau cristalline qui ne dépasse probablement pas les 14 degrés.

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0218 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0226
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0240 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0231 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0256
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0272 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0270

Après un passage par la Pointe des Chats et ses surprenants rochers de glaucophane bleu, pierres striées de bleu de vert et de jaune qui donnent un surprenant effet brillant, puis un détour par le Trou de l’Enfer, il est temps d’embarquer… déjà. Grâce à la prévoyance et à la gourmandise de certains d’entre nous, on s’offre un plantureux pique-nique durant la traversée de retour vers Lorient, le tout sous les yeux ébahis et jaloux des autres passagers.

En route pour le Golfe…


A peine le temps de débarquer, nous enfourchons nos vélos pour quelques centaines de mètres avant de les charger à nouveau sur le bateau qui assure la traversée du Blavet vers Locmiquélic (ndlr : à prononcer plusieurs fois très vite sans se planter...), de l’autre côté de la rade de Lorient. De là, cap vers Etel et son passeur, annoncé bien présent cette fois-ci. Mais sur les quais, rien qui ressemble à une embarcation capable de nous faire traverser la ria vers Etel (ndlr : une ria – ou un aber en breton - est une vallée de fleuve envahie par la mer).

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0278 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0285 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0297
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0307 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0310
 
Un quidam nous informe que le passeur est stationné sur la rive opposée, qu’il suffit de se mettre sur le quai qui lui est réservé et de lui faire des signes. Effectivement, à peine quelques minutes plus tard, un petit esquif vient nous chercher et nous embarque à son bord. Il faudra deux voyages pour acheminer tous les passagers et leurs montures, le nombre de gilets de sauvetage à bord étant limité.

Un rapide coup d’œil sur l’horaire pour constater qu’on est à la bourre, et c’est reparti pour une cinquantaine de kilomètres à bonne allure, direction le golfe du Morbihan et le bac censé nous déposer sur l’Île-Aux-Moines. Cette fois encore on sera tout juste pour attraper la dernière traversée du jour. Il est pas loin de 21h et fort heureusement nous trouvons in-extremis un resto pour nous sustenter avant de poser les fontes dans nos petits studios. Inutile de préciser que la nuit sera bonne…

Bleu, jaune, vert ou rouge…


Après un copieux petit déjeuner commun sur la terrasse ensoleillée de Karine et Vincent, on décide d’une journée libre. L’île n’est pas grande et le vélo est le moyen idéal pour la parcourir de long en large, sauf si on veut suivre le sentier côtier, qui est lui réservé aux seuls piétons (ndlr : ici encore, merci le Conservatoire du Littoral !). Les groupes se forment, se rencontrent, se croisent et se séparent. Les uns prennent le chemin « bleu » vers le Sud, plus sauvage. D’autres empruntent l’itinéraire « jaune » vers le Nord, plus huppé, ou suivent les balisages « vert » côté Ouest par le port, ou « rouge » côté Est, plus « cottage ».

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0357 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0341 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0430
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0342 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0368
2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0374 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0415 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0417

Point central de cette croix, notre résidence et sa piscine, qui attirera certains d’entre nous pour un plouf dans une eau pour une fois tempérée. Une partie des hommes se chargent des courses pour le soir et on se retrouve tous ensemble au coucher du soleil pour profiter de ce premier dîner « home made » du séjour et partager nos expériences de la journée : huitres, poulet, saumon, saint-jacques, steaks, salades diverses… tout y passe, le tout (bien) arrosé de blanc et de rosé bien frais… et de rouge ! On se lâche, on fait la fête. Les moustiques aussi…


Une dernière Vannes pour la route…

Et puis vient le dernier jour. Une dernière balade dans l’île, un dernier bac pour rejoindre le continent, une dernière randonnée à vélo par le chemin des écoliers pour rejoindre Vannes et retrouver nos chères autos. Voir l’itinéraire des jours 3 et 5.

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0433 148 : en attendant de repasser sur le continent 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0384  2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0448 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0456 2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0459  

On se laisse encore deux heures de liberté pour découvrir le charme de cette belle petite ville de province, préfecture du Morbihan. Vieilles pierres, colombages, remparts ceints de jardins fleuris, crêperies en veux-tu en voilà, glaciers, boutiques, port de plaisance… Vannes à de multiples atouts et on s’y sent tous bien. Le signal du départ, en ordre un peu dispersé, n’en est que plus dur à donner mais toutes les bonnes choses ont une fin.
 

2013-06-Bretagne-du-sud-a-velo 0387Ce qui est sûr, c’est que la découverte en bande annonce de cette belle région nous a donné l’envie d’y retourner !



Petit bilan du séjour

Distance parcourue : 216 km (bacs compris, hors tours dans les îles)
Dénivelé positif cumulé : 2309 m
Crevaisons : 0
Problèmes mécaniques : 0
PV : 0
Bacs manqués : 0 (2 pour Karine et Vincent…)
Bonne humeur : 100% (même sans Patrick)
Soleil : 100%



Phil (texte)
Fred (photos)

 

Voir l'album photos du séjour

Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires vécues
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 12:22


plage-grands-sables-291256Des yeux de Breizh...

2012 était l'année du dragon... et accessoirement pour nous celle du vélo! Notre premier galop d'essai en mai 2011, le long des côtes du Cotentin, de la Baie du Mont Saint-Michel et à la découverte de Guernesey, avait été si encourageant que nous étions fermement décidés à réenfourcher nos montures pour parcourir l'Europe sur deux roues et sans moteur.

Le kent en avril, l'Istrie et les îles du golfe de Kvarner en juin, et pour clôturer cette belle série, l'Aube et ses prés en bulles au mois d'octobre 2012... Trois escapades réussies qui devaient en appeler d'autres, à n'en pas douter!

Ben voilà c'est chose faite. Et cette année, c'est retour aux classiques. Pourquoi aller chercher le rêve à l'autre bout du continent alors qu'il y a souvent tant de beauté à découvrir ou à redécouvrir plus près de chez nous... Cap donc sur la Bretagne! OK mais où, parce que c'est grand la Bretagne penseront certains à juste titre. De Saint-Malo au nord à Nantes au sud, en passant par Brest à l'ouest et Rennes à l'est, il y a de quoi faire et de quoi voir! Il a donc bien fallu cibler une région pour accueillir nos mollets galbés pendant cinq jours. On aurait pu jouer ça aux fléchettes ou aux cartes mais on a finalement opté pour un choix plus rationnel : la Bretagne du Sud.

Allons danser la gavotte et l'en dro dans un fest-noz après un bon kouign-amann... 

En Bretagne, point de cols inaccessibles... Juste un arvor (connu pour son poivre...), des abers, des rias, des menhirs, des golfes, des kastells, des kalvars, des phares et des fars...
Nous ne dépasserons pas 100m d'altitude et resterons dans une moyenne journalière de 50 bornes somme toute très raisonnable... Si le vélo sera notre plus fidèle compagnon durant ces cinq jours, nous devrions aussi goûter aux joies du kayak le long d'une ria enchanteresse voir même tâter de la vague à bord d'un dériveur ou d'un catamaran si le timing et la météo le permettent...  

vannes 250px-Golfe du Morbihan - 2 ile-aux-moines-510470
Golfe du Morbihan  bateau-locmariaquer-port-navalo  

De Vannes à Quimper, nous ne verrons qu'une mer...

Larguons les amarres et ouvrons grand les Vannes! Le périple se déroulera dans le sens des vents dominants et débutera non pas à Vannes mais à Quimper, que nous rejoindrons en train après avoir laissé nos voitures à Vannes... Quimper passe et gagne : ancienne capitale de l'évêché (et pas l'émêché) de Cornouaille, la belle est à découvrir entre autres pour ses vieilles ruelles pavées et sa splendide cathédrale Saint-Corentin. Nous prendrons sans doute le temps d'y déguster le fameux kouign Amann ou un bon far aux pruneaux, le tout arrosé d'un verre de chouchen (une boisson liquoreuse à base de miel, comparable à l'hydromel) ou de cidre.

Cap ensuite sur Concarneau et sa ville close, et étape au bord de l'océan à la Pointe de Raguenez pour humer les embruns sauvages du Finistère sud... Le lendemain, direction Pont-Aven, célèbre pour ses galettes depuis une réplique culte de Jean-Pierre Marielle en 1975, mais surtout (un peu de culture tout de même...) pour avoir charmé Gauguin, Bernard, Sérusier et d'autres peintres regroupés sous la bannière de l'"école de Pont-Aven".

carnac groix
belon 280px-Pont-Aven--le-port PortDoelan1
trevignon-270582 59 quimper

Nous pousserons jusqu'à Lorient (pas pour pêcher le hareng...), nons sans nous perdre d'abord entre Aven et Belon, à la découverte d
es rias, des rivières et des criques enchanteresses, où les ports sont minuscules et en cachent bien souvent d'autres, encore plus petits, encore plus secrets. C'est aussi le pays des passeurs. Pas les passeurs d'âmes, non, les passeurs de rives, qui permettent aux piétons et cyclistes d'éviter de parfois longs détours! 

Lorient sera notre port d'embarquement pour l'île de Groix, un "caillou" long de 8 km et large d'à peine 4 km (bon un gros caillou quand même!), planté dans cette mer devenue océan Atlantique, à une petite quinzaine de kilomètres au large des côtes morbihannaises. Le lendemain, nous remettrons la boussole au sud-est, vers le golfe du Morbihan, dont nous longerons les rives après une escale à Carnac, avec ses champs de menhirs uniques qui en font le plus grand site mégalithique au monde. Nous passerons nos deux dernières nuits dans le petit paradis insulaire de l'Île aux Moines, l'une des plus grandes du golfe (mais tout est relatif...), située à quelques minuscules encâblures du "continent". Le long de ce golf qu'on espère clair, nous aurons sans doute l'occasion de nous adonner aux joies des sports nautiques, en fonction de la météo bien évidemment. 

carte bretagne france


Et puis... Et puis c'est tout. Enfin presque. Restera encore à se diriger vers Vannes pour une dernière petite visite et pour retrouver nos voitures, avant de remonter vers ce plat pays qui est le nôtre...


En pratique
 : départ en voiture de Bruxelles, le vendredi 31 mai en fin d'après-midi 
et étape nocturne à Rennes, pour repartir le lendemain matin vers Vannes. Le retour est prévu à Bruxelles tard dans la soirée du mercredi 5 juin.


groix phareP.A.F.
:
 Elle sera plutôt douce, une nouvelle bienvenue dans cette période où la croissance est en berne (et oui tout fout le camp en Suisse...). Nous l'avons fixée à 350€. Ce prix comprend l'hébergement en chambre double, les petits déjeuners, les traversées en bateau avec les vélos ainsio que le trajet en train entre Vannes et Quimper. Les repas du midi et du soir, les éventuels suppléments en chambre single, la location de kayaks ou/et dériveurs, le carburant, les péages et autres extras ne sont pas inclus dans la PAF.

Pour confirmer votre participation, nous vous demandons d'effectuer le paiement d'un acompte de 100€ au compte n° BE89 6116 5286 0085, aux noms de Frédéric Remi & Patrick Elias (BIC : DEUTBEBE), avec la communication "acompte Bretagne 2013 : X personnes". Le solde est à régler sur le même compte avant le départ! Les places étant limitées (surtout sur les îles), ne tardez pas à vous inscrire!


Kenavo ar c'hentañ !



Patrick & Fred

Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires à vivre
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 14:37

       
135603002089237800 resized-copie-1Un déluge de (presque) fin du monde... 


Pour un last minute, Engelberg s'est imposée à nous naturellement... Dans le genre domaine skiable proche, haut perché et bien pourvu en dénivellées, on ne fait pas mieux : moins de 700km de route et une bonne heure de gagnée sur toutes les stations classiques de Haute-Savoie, du Vaud ou du Valais. Ca parait dérisoire mais une fois arrivés à 1h du mat', ça fait toute la différence pour le lendemain, surtout après le p..... de déluge qui s'est abattu sur nos toits durant tout le trajet. Un vrai truc de mayas quelques jours avant la fin du monde programmée! 


Un chalet interdit aux grands formats...

Le chalet, dégotté une petite quinzaine de jours auparavant sur la toile, était plutôt sympa et accueillant. Certains d'entre nous ont certes failli y laisser leur scalp à force de racler des linteaux placés bien bas, mais à part ça franchement le rapport qualité-prix-atmosphère était une fois encore au top... Même avec ce petit brin de promiscuité qui fait tout le charme d'un séjour un peu pimenté, surtout lorsque (tous) les sens en éveil doivent se cacher pour assouvir leurs irréfrénables envies.  

chalet 135602977277028700 resized

Ces petits détails mis de côté, le chalet a surtout été le théâtre d'une soirée dont les fous-rires resteront longtemps dans nos mémoires. La recette est imparable : en préambule, une bonne journée de ski, un apéro-crasses, un bon repas bien arrosé. Verser ensuite une bonne dose d'un Laurent plus déchainé que BeTV, ajouter un zeste de Phil comme je l'ai rarement vu (!), une pincée de Chantal qui rajoutait de l'huile sur un feu qui ne demandait que ça pour partir en artifices, piquer avec un bouquet garni d'insuline du feu de Dieu. Sans oublier de saupoudrer d'une franche giclée de slow sirupeux que seuls Véronique et Patrick savent nous offrir. Puis décorer le tout d'une tranche de Camila 100% high voltage noir de noir et d'un Fred qui ne la reconnaissait plus... Enfin, servir le tout sur un fond musical offert par Radio Luzern-Engelberg. Pas besoin de secouer, ça part tout seul. Attention : pas de bouton "off"...   

135602961541572100 resized 135603146882170400 resized 135603025146209000 resized
135602967869809400 resized 135602999542698600 resized

Recherche désespérément dameuses...

Si le thermomètre était revenu à des valeurs plus raisonnables par rapport au climat sibérien des jours précédant notre arrivée, la neige fraîchement tombée en masse (de Laurent barre...) nous a valu de sacrés beaux moments de plaisir, une fois passée la surprise de pistes qui n'avaient de "pistes" que le nom... On les cherche toujours! Les Suisses ne sont visiblement pas des pros du damage, ce qui n'a pas été sans causer des dégâts collatéraux dans le chef de certaines et certains d'entre nous, plus habitués à se laisser doucement glisser au son des carres s'enfonçant dans une neige bien travaillée durant la nuit... Après ce pré-chauffage un peu hésitant, quel plaisir à tracer sa voie dans une neige pratiquement vierge. Chacun sa route chacun son chemin. Et pour ne rien gâcher, on a même eu droit à de très beaux rayons de soleil en ce samedi après-midi!

135603145026805900 resized 135603015159740400 resized
135602956700586500 resized 135603020781445500 resized 135603006615484900 resized
      
Les journées du dimanche et du lundi ont été tout aussi pleines. De la douceur, une fine bruine en ville (pas très drôle mais le décor était encore bien hivernal de toute façon...), des flocons en altitude et quelques trouées de ciel bleu par ci par là... Et toujours de beaux paquets de peuf à déménager sans concession sous nos spatules désormais plus rompues à ces conditions particulières! Quel bonheur de profiter de ces quelques éclaircies, lundi, pour admirer les sommets avoisinants, Mont Titlis et Klein Titlis en tête! Quelle chance aussi de pouvoir profiter d'une belle journée de ski sans files aux remontées, sans embouteillages sur les pistes, sans cohues non plus à la redescente en station!  
     
135603011670125100 resized 135603152673716000 resized-copie-1 DSC06513-copie-1   

Et Engelberg dans tout ça ?

La Suisse est chère. La Suisse centrale est chère. Le Franc suisse est cher. A Engelberg, même Stephan Eicher... On ne l'a pas croisé, lui qui y a pourtant vu le jour. On est loin du charme des villages traditionnels aux maisons anciennes à pans de bois : Engelberg c'est une petite ville. Pas un charme inaltérable certes, mais agréable. Disons-le tout net : il n'y a pas beaucoup de place pour les baroudeurs sans le sou, tant l'endroit respire l'argent. Pas besoin d'y rester 10 jours pour s'en apercevoir, il suffit de compter les hôtels et les restaurants pas donnés, les bijoutiers, et les boutiques de luxe qui bordent toutes les rues du centre. Peu de bars sympas à se mettre sous le goulot. Pour vivre heureux dans la vallée, il faut vivre caché, à l'abri d'un des innombrables chalets richement équipés et décorés qui la bordent... Y'a pas à dire mais je préfère les petits villages du Valais ou du Vaud.

engelberg 135603328921953400 resized
135603149296892500 resized 135603332751828100 resized  
Côté domaine skiable, c'est pas mal :  82km au compteur mais peu de pistes pour débutants ou familiales, si l'on excepte quelques bleues côté versant Brunni. Ca tombe bien, on n'était pas là pour faire du chasse-neige de toute façon! Pour un shortski c'est la destination idéale, à condition de trouver un hébergement décent à prix convenable... ou d'avoir les moyens. 

Si vous en avez marre de skier, il y a toujours le lèche-vitrines. Et si vous préférez que votre carte de crédit reste bien au chaud plutôt qu'entre les mains de Madame (je compatis), les vitrines vous pourrez vraiment les lécher : elles sont aussi nickel que les toilettes d'un restoroute helvète!  Pour les amateurs de sports divers, il y a aussi le match de hockey sur glace du samedi soir au complexe sportif local si le EHC Engelberg joue à domicile... Ambiance garantie. Surtout avec un Laurent M. à vos côtés dans les gradins :-)

 
135602935785463700 resizedRDV en terre inconnue 2 : Les Diablerets

La suite du programme Mountain@Sea au ski, c'est pour (très) bientôt, toujours en Suisse. Aux Diablerets, dans le Vaud. 

Pardi, faut bien rentabiliser la vignette avant que les tarifs n'atteignent bientôt des sommets (suisses). Rendez-vous donc entre mecs du 11 au 16 janvier ou plus si affinités!
    

Fred
Photos (c) :
Phil

    

Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires vécues
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 13:18

HR201206.096.Plouf pré-ferry...Un kilomètre à vélo ça use...


Le décollage de Brsec en ce beau lundi matin fut d'autant plus pénible que le petit déj en terrasse au milieu des fleurs appelait à une belle journée de repos, après la longue et usante étape de la veille (voir ici). Mais le devoir de voir l'île de Cres nous rappelait à nos pédales ; pas question donc de traîner trop longtemps sur la route de Brestova, notre port d'embarquement, situé à une petite dizaine de kilomètres.

Une belle petite montée pour se (re)mettre en jambes avant l'incommensurable plaisir de dévaler les derniers lacets serrés à 20%. Il fallait bien en profiter avant le stress de Cres...

Baignade et sieste (déjà!) pour les plus crapuleux ; inspection des montures pour les plus scrupuleux... Puis c'est l'embarquement à bord du ferry, pour une bonne demi-heure de traversée. Curieuse impression que celle de pénétrer à vélo dans les entrailles de ce monstre flottant, encore vide de fret et de Fred. Côté nord, la vue sur cette partie montagneuse de l'Istrie et sur le village haut perché de Brsec est majestueuse. Celle qui s'offre à nous côté sud est tout aussi magique... Cres nous voici!

Les Côtes de Cres, Appellation d'Origine Contrôlée et éprouvée...

Où ces adages qui nous promettent 
l'abondance après le dénuement, le soleil après la pluie ou la descente après la montée... ont du être pondus par des gars qui n'ont jamais connu la drache, la dèche ni encore moins la contracture d'un seul muscle tout au long de leur vie! Et pourtant, en préparant ce voyage on était prévenus que ça grimperait sec sur Cres. Ce qui peut sembler frustrant, c'est que mouliner 2 heures et 15 bornes comme un damné n'est "compensé" que par 20 minutes d'ivresse et de vitesse. Mais ce serait injuste et réducteur d'oublier ces franches bordées de camaraderie dans l'effort ou ces rencontres furtives et insolites faites en cours de route (on se souviendra de Maria, qui attendait son bus seule au beau milieu de nulle part, ou encore de ces petits serpents jaune-vert traversant la route devant nous...).

Il y eut aussi ces paysages à couper le souffle, qui se sont découverts à nous tout au long de cette belle journée, et ces nuages salvateurs qui nous ont accompagnés juste le temps de la grimpette, histoire de retenir le thermomètre sur des valeurs raisonnables...

HR201206.058.Jour 3.Brsec, Villa Brumnic. HR201206.061.Ferry vers Porozina (Cres). 
HR201206.063.Ferry pour Porozina HR201206.065.Arrivée à Porozina HR201206.066.Le maillot était coincé dans la châine HR201206.067.Longue montée vers Cres.
HR201206.068.Route vers Cres. Pause avec Maria. Gaffe aux serpents HR201206.070.Sommet de la route vers Cres-ville.Berna & Dan

L'arrivée dans la ville de Cres a un peu effacé la crainte de devoir le lendemain matin déjà repartir à l'assaut des cols que nous venions de descendre... Pour trouver notre pension du jour, point de difficultés : la Villa Lavanda portait bien son nom! La fin de journée et la soirée du lundi furent mises à profit pour déambuler à travers les ruelles de cette petite ville au charme désuet. De mémoire je ne me souviens pas avoir éteint les feux très tard ce jour là...

Ferry loupé c'est la fessée, rouleur fourbu et c'est foutu... 

Mardi. Après le traditionnel petit déj en terrasse, il est temps de réenfourcher les vélos pour rejoindre le port de Merag et embarquer sur le ferry qui relie l'île de Cres à l'île de Krk. Prétendre que cette dizaine de kilomètres ont été avalés comme sur des roulettes de tricycle serait un peu exagéré... La montée fut longue et rude, sous un soleil déjà de plomb. Tellement dure que certains actes d'amour fou voire inconscient furent commis par l'un ou l'autre mâle trop affecté de voir leur compagne en pleine souffrance. Certes, rouler avec deux paires de fontes superposées allège la pleine peine de l'une (et pas la pleine lune de plaine...), mais pas celle de l'autre. Si vous me suivez toujours...

HR201206.092.Bye bye Villa Lavanda HR201206.076bis.Patrick recrute...
HR201206.085.On en a bouffé des cerises croates... HR201206.083.Cres ville.Façades du port HR201206.086.Recto verso
HR201206.088.Alerte au Hollandais sur Cres Harbour HR201206.084.On s'était dit rdv au auvent bleu

Ce qui devait arriver arriva : le ferry ne nous avait pas attendu! Mais comme un ferry en cache un autre, nous sacrifiâmes aux joies de la trempette et de la canette en attendant le prochain. Arrivés à Valbiska, sur l'île de Krk, nous décidâmes de partir en quête d'une crique craquante pour croquer cette magnifique journée croate. Aussitôt dit aussitôt fait, même si on n'a pas vraiment eu le temps d'en compter les galets, par crainte de louper le dernier bateau qui devait nous mener sur l'île de Rab. Quel merveilleux spectacle que celui du massif du Velebit en toile de fond côté babord durant les 90 minutes de cette dernière traversée du jour! 

HR201206.093bis.La mise en route du mardi a été dure... HR201206.093.Montée vers le port de Merag.Vue sur Cres vil
HR201206.095.Et on a loupé le ferry pour Valbiska HR201206.102.Ile de Krk.

Un jour de printemps à Rab...  

Arrivés au port de Lopar, au nord de Rab, il nous restait encore une petite vingtaine de kilomètres à parcourir pour atteindre la ville de Rab, notre étape du soir. Autre île, autre décor et autre atmosphère. Rab-ville est plutôt touristique et elle le vaut bien du reste! Après une soirée calme, la matinée du lendemain fut l'occasion 
pour certains de flâner dans les ruelles en quête des perles architecturales de cette belle petite cité, pour les autres de se muer en aventuriers cyclistes à la recherche de quelque plage perdue.

Le programme prévoyait de quitter Rab-ville à la mi-journée en bateau pour rejoindre l'île de Pag, quelques miles plus au sud. Sur le port, point de ferry en vue, ni de bateau. Tout juste un frêle esquif qui semblait ne pouvoir accueillir qu'une petite dizaine de passagers mais certainement pas des vélos. Et pourtant, à notre grande surprise, c'était bel et bien notre lift pour Pag! On a tout de même réussi à caser nos 10 bécanes sur le toit et sur le minuscule pont avant du bateau. Au grand soulagement semble-t-il de deux passagères québecoises qui semblaient avoir éprouvé à la vue de nos petits conciliabules d'avant-départ, l'étrange sensation de peut-être devoir faire office de lest... 

  
HR201206.113.Vue depuis le ferry pour Lopar HR201206.117.Pause avant d'arriver à Rab.
HR201206.123.Jour5.Vue sur Rab ville HR201206.129.Rab ville.Vieille veille fortifiée HR201206.125.Rab ville.La campanile de Sv Maria Velika HR201206.132.Rab ville.Dédales...
HR201206.135.Rab port.Daniel & Vincent à contribution HR201206.136.Ben non on n'a rien oublié... HR201206.138.Adios Rab, en route pour Tovarnele (Pag)

On a roulé sur la lune...
 

Une fois débarqués dans le minuscule port de Tovarnele, à l'extrême nord de l'île de Pag, et après avoir avalé quelques calamars grillés arrosés de pivo ou de malvasia, il nous restait à rouler une bonne trentaine de kilomètres plein sud, direction Pag, chef-lieu de l'île éponyme. Vincent nous mitona un petit détour de derrière les fagots, ou plutôt de derrière les oliviers! Si la traversée de ce parc fut secouée (ben oui, les cailloux, les pierres...), le détour en valait la pédale, avec ses oliviers millénaires, la terre aux reflets rouge-vif, les pierres chauffées par le soleil, le chant des grillons et la mer en contrebas : un vrai retour aux origines! Un voyage dans le temps qui n'eut cependant pas l'heur d'émouvoir outre-mesure Camila, qui aurait volontiers troqué tous les oliviers sacrés du coin contre un manguier ; ni Véronique, qui sur deux roues ne sera définitivement jamais en symbiose avec les chemins non carrossables!

La longue route vers Pag est pittoresque. Imaginez une bande de terre large d'un ou 2 kilomètres au plus, avec vue sur le canal et le massif du Velebit (Dalmatie) à l'est et sur l'adriatique à l'ouest! Les paysages traversés sont lunaires. Une région aride balayée par les vents d'est, d'inombrables enclos ceints de murets de pierre à l'intérieur desquels paissent agneaux et moutons... Un vrai petit air d'Irlande, chaleur mise à part!

HR201206.145.Te retourne pas Colette t'es suivie... HR201206.148.Mais rien que pour ça on ne le regrette pas 
HR201206.149.Véro n'aime pas les cailloux, Camila aurait préféré des manguiers! HR201206.153.Un p'tit air de Poelvoorde dans son moule b... HR201206.152.Le détour sonnait plutôt joli...
HR201206.154.C'est reparti pour le VTC.Mais quelle vue HR201206.161.Et oui on a eu des crevaisons

Pag-ville ne restera pas gravée dans nos mémoires. Le centre recèle bien quelques belles rues et bâtiments dignes d'intérêt, mais l'urbanisation croissante - on a croisé quelques décharges sauvages - de cette station balnéaire fort fréquentée par les habitants de la région de Zadar (l'île de Pag est en fait une presqu'île puisqu'un pont la relie au continent par le sud...) nous a laissé un petit arrière-goût mitigé en bouche...

Bien décidés à abréger le nombre de kilomètres de route de la dernière étape de notre périple croate, nous décidâmes de rejoindre le continent par voie... maritime. Ca faisait un bail en effet que nous avions délaissé les traversées pour se concentrer sur le bitume et sur les cailloux. Qu'à cela ne tienne, rendez-vous fut pris pour le lendemain midi au port de Povljana avec le père du sympathique gérant de l'hôtel Tony, chargé de nous piloter jusqu'à l'île de Vir, reliée elle aussi au continent. En arrivant au port, après une quinzaine de kilomètres de route, nous découvrîmes donc l'embarcation qui devait accueillir notre petit groupe... et les 10 vélos. La surprise fut de taille, à l'inverse de l'esquif : à ce jour je ne sais toujours pas comment nous sommes parvenus à caser dix personnes et dix vélos sans chavirer après 500 mètres! Pour évacuer la petite pointe d'angoisse, notre commandant de bord sortit un schnaps croate de derrière les hublots. Nous étions désormais parés pour une transatlantique...

HR201206.164.Repos mérité à la plage de l'hôtel Tony... HR201206.165.Balade dans la vieille ville de Pag HR201206.166.
HR201206.170.Le ferry maison... HR201206.175.On vogue vers Vir
HR201206.177.Adios Pag HR201206.179.Arrivée fracassante (pour Camila...) à Nin 

Evidemment la traversée se déroula sans le moindre souci et nous débarquâmes après trois quarts d'heure sur Vir. La fin de journée avait un petit parfum d'écurie et de nostalgie, même si la dernière étape dans la charmante cité médiévale de Nin fut l'occasion de savourer une dernière fois les calamars grillés et le vin de malvasia... A quelques encâblures de Zadar, la grande partie du groupe prit alors congé des quatre chanceux qui avaient décidé de prolonger l'aventure par quelques jours de repos bien mérité sans vélo (quoique...) et se mit en route pour l'aéroport.

HR201206.185.Les adieux avant la séparation.L'escapade croate fut une belle réussite ; il suffit de jeter un oeil aux photos ramenées du séjour et de lire ce qui précède pour s'en convaincre...

Il y eut bien quelques crevaisons et l'un ou l'autre coup de mou tout au long du périple mais pas de problème majeur ni de bobo à signaler! 

Une chose est certaine : après la Normandie et les anglo-normandes en 2011, et la Croatie en 2012, il y aura une troisième fois! Où et quand ? Mystère... Mais nous espérons déjà vous compter parmi nous à cette occasion...


Fred


Découvrez le compte-rendu de la 1ère partie de ce séjour à vélo
Voir toutes les photos du séjour...
Voir tous les films du séjour sur la page Dailymotion de Mountain@Sea
Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires vécues
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 20:50

HR201206.007.pat & fredDriving in the rain, cycling in the sun...


Pour votre serviteur et sa courageuse copilote, le retour de Croatie s'est déroulé à peu près comme l'aller, une dizaine de jours plus tôt : sous un déluge constant depuis l'Autriche jusqu'à Bruxelles. Quelques jours auparavant, le gros de la troupe (je ne vise personne...) avait eu droit à une transition nettement plus brutale, entre le tarmac ensoleillé de l'aéroport de Zadar et la froide grisaille de celui de Charleroi Brussels South Airport...

Mais retour à l'aller... Ce qu'il y a de bien avec les longs voyages en voiture c'est qu'on voit du pays, même sous la pluie. Et puis comme ça mon vélo aussi aura vu du pays ; après tout y'avait pas de raison qu'il n'en profite pas un peu lui aussi!

L'arrivée à Porec après avoir traversé la frontière slovéno-croate, non sans une certaine émotion d'ailleurs à la vue de ces derniers représentants d'une tribu en voie d'extinction sur notre vieux continent - les douaniers, a achevé de me convaincre du bienfondé de mon choix de la bagnole pour ce périple dans l'Adriatique. Et m'a achevé tout court d'ailleurs! Mais qu'importe, Porec c'est beau. Et la Basilique Euphrasienne, c'est divinement beau. L'Unesco ne s'y est pas trompée...

"Allo Fred ? Je crois que ça va pas le faire"...

Il me restait une cinquantaine de km à rouler le lendemain matin avant de rejoindre les autres à l'aéroport de Pula. Une bonne nuit de sommeil, un bon petit déj. A l'aise Blaise ! C'était sans compter sur une bonne blague de l'ami Vincent, la tête toujours dans les nuages à force de construire des planeurs, qui du côté de 6h du mat, m''extirpe violemment de ma première nuit istrienne en m'annonçant qu'il allait louper l'avion... Avec Colette, Karine et Camila en victimes collatérales. Le problème c'est qu'à part le "portoloin" cher à Harry Potter, ou le PGV (pédalo à grande vitesse), je ne voyais pas vraiment de solution... Bon, finalement ils sont quand même bien montés dans l'avion et ma tension est lentement redescendue en dessous de 20...

Dix vélos pour Zadar !

HR201206.001.Pula.aéroport HR201206.002.Pula.place 
HR201206.004.Pula.Chantal en amphithéâtre HR201206.003.amphithéâtre HR201206.008.WC
HR201206.006.premiers oliviers HR201206.012.Fazana

Je suis arrivé à l'aéroport. Ils sont arrivés aussi. J'ai mis une claque à Vincent. On a pris livraison des vélos et on est finalement partis pour l'aventure après quelques derniers règlages techniques. La première journée s'est déroulée comme sur des roulettes croates : cap sur Pula, son magnifique amphithéâtre romain, puis vers le nord par la côte direction Fazana.

Premiers calamars grillés et premières bouteilles de malvasia le long de la plage, avant un petit plouf digestif et puis en route vers l'est et notre première halte à Bratulici (cherchez pas sur la carte, c'est minuscule...) après une petite visite de Vodnjan, un joli petit village situé à quelques encablures de Pula. Malgré l'eau chaude en grève ce soir là, l'accueil fut convivial et pour le moins arrosé. Faut dire qu'on arrivait dans cette petite pension-restaurant à la suite d'une longue après-midi de mariage local...

HR201206.014.Vodnjan HR201206.015.Vodnjan HR201206.017.Point route
HR201206.018.Encore qq km avant Bratulici... HR201206.020.Première nuit à l'agropansion Istra Partner

De l'étrangeté de certaines "routes" croates... 

La journée du dimanche fut celle du Seigneur et des Saignés... Après un début de parcours qui nous a familiarisé avec certaines routes secondaires locales (à moins que ce ne soit tertiaires ou quaternaires ?), qui en fait de routes sont souvent de bucoliques petits chemins de terre sans panneaux indicateurs, mais aussi avec la bienveillance de l'autochtone, nous arrivâmes enfin au hameau de Puntera, à peu près 300m en surplomb de l'embouchure de la rivière Rasa. C'est splendide... mais point de voie pour rejoindre l'autre côté si ce n'est celle de la raison, qui aurait dû nous commander de rebrousser chemin pour retomber sur la route 66 (oui oui...).

C'est alors que Vincent - encore lui, eut une apparition. Une voix intérieure lui montrait la voie extérieure à suivre : 300m de chute pas libre à travers la caillasse et le maquis... N'écoutant que son courage et ignorant la peur, le brave réenfourcha son destrier et disparut après quelques secondes hors de notre champ de vision. Derrière, quelques Croisé(e)s lui emboitèrent le dérailleur - qui n'allait pas tarder à mériter son nom, pour dévaller à leur tour ce qui était en réalité un vague sentier étroit, pentu et bordé de ronces, parfois utilisé par quelques adeptes d'enduro. Quant aux autres, ils optèrent pour un autre sentier, un peu plus large mais tout aussi caillouteux et qui servait occasionnellement de terrain de jeu aux fêlés du quad... 

HR201206.021ter.Vers Puntera HR201206.019.VTCTT HR201206.022.Le début d'une journée caillouteuse...
HR201206.024.vignes prés cailloux HR201206.023.Chat va pas aller sans mal... HR201206.026.Fastoche, yaka descendre...
HR201206.027.Mwais... HR201206.029.Daniel en mode Fear Factor HR201206.031.Vincent après... 

Les deux groupes se rejoignirent tout en bas au bord du Zaljev Rasa, après une petite heure d'un sport hybride, mélange de VTT, de marche, d'équilibrisme et de cascades en tout genre ; Vincent ensanglanté, Véro écoeurée, Patrick épuisé et Daniel surexcité... La suite fut plus calme et les rafraîchissements bien mérités pour tout le peloton, au Martin Pêcheur, au bord du Zaljev rasa, les pieds dans l'eau.

HR201206.034. Zaljev Rasa. Vers Kapelica HR201206.035.Stop bien mérité à Kapelica HR201206.036.Daniel & Vincent Pêcheurs...

Nous découvrîmes ensuite que boire et pédaler ne font pas spécialement bon ménage... Surtout quand il faut passer de 0 à 300 mètres d'altitude sur une dizaine de km à peine, avec en bouquet final la montée vers la vieille ville de Labin, qu'une bonne partie d'entre nous a achevée sur les rotules. Mais bon Labin le vaut bien, avec son enchevêtrement de ruelles médiévales et la vue magnifique qu'elle offre depuis son belvédère sur la côte sud de l'Istrie et la station balnéaire de Rabac.

HR201206.040.Si on avait su on aurait évité la pivot HR201206.041. Arrivée à Labin à vélo HR201206.042.Glaces au balcon
HR201206.046.Labin. Le lion vénitien est partout... HR201206.049bis.Objectif Plomin, le village en face là-bas... HR201206.049.Plomin.Installations minières
HR201206.052.Daniel change de moyen de transport HR201206.054.P..... de montée à 45% vers Plomin village HR201206.057.Etape n°2 à Brsec... Un peu nazes...

Petite pause crême glacée pour les uns, calamars grillés pour les autres... et nous voici repartis en direction de Plomin. Dur dur cette fin de journée... qui a définitivement fâché Véro et Bernadette avec la pratique du vélo en mode caillouteux. Passée l'impressionnante cheminée de la centrale thermique au charbon de Plomin et après un épisode amusant qui aura vu nos accompagnatrices goûter aux produits de la pêche locale, Vincent (encore lui...) décida que le plus court chemin pour atteindre le village fantôme de Plomin, perché 100 m plus haut, était encore de gravir (le terme n'est pas trop fort...) la petite route qui semblait être un raccourci... Raccourci sans doute mais radurci surtout ! Avec 45% de pente, plusieurs d'entre nous n'ont dû leur salut qu'à l'idée irrépressiblement jouissive d'étrangler le coupable avec un câble de frein dès l'arrivée au sommet !

HR201206.053.Anchois à la bouche...Après avoir récupéré tant bien que mal en assèchant la fontaine d'eau potable du village, nous prîmes enfin la direction de notre seconde étape, Brsec, distante d'une douzaine de km. Brsec est un joli petit village escarpé avec vue plongeante sur la mer et sur l'île de Cres, notre destination du lendemain... Une dernière salve de calamars grillés et de malvasia au seul resto du coin encore ouvert et toute la troupe s'est retrouvée (enfin) dans les bras de Morphée. 

La journée du lundi promettait d'être dure et le fut, même si la beauté des paysages traversés allait vite éclipser toute la sueur versée sur nos mollets martyrisés. Mais c'est une autre histoire, que nous vous conterons très bientôt!


Fred

Découvrez la suite de ce récit croate...
Voir toutes les photos du séjour...
Voir tous les films du séjour sur la page Dailymotion de Mountain@Sea
Published by Mountain@Sea Travel Club - dans Histoires vécues
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 19:04

HR201206.175.On vogue vers VirBon d'accord, l'appellation est un peu hybride, un peu vague. Pourtant elle veut presque tout dire : la montagne à la mer. Vivre l'ivresse des cîmes et goûter aux joies de la grande bleue dans un même séjour. Un menu complet sans craindre l'indigestion! Le rêve... Imaginez un peu : une rando sur un beau parcours GR, suivie le lendemain d'une descente en canyoning ou en rafting, avant de fendre au troisième jour les flots d'une baie aux eaux turquoises à la barre d'un catamaran... Et le dernier jour, farniente et flânerie à travers les ruelles d'une jolie petite cité médiévale... Qui dit mieux? Et puis il y a aussi cette idée d'intégrer tant que faire se peut un passage sur une île, histoire de palper l'atmosphère unique de ces petits ou de ces grands bouts de terre perdus au milieu des océans. A la nuit tombée, lorsque les touristes ont déserté les lieux, c'est souvent magique!

Img 1055 201105 59 Normandie vélo - Day4 Cotentin Ouest 200909 30 Corse - Day2 Pozzines vers Bassetta
200909 43 Corse - Day4 Voile Porto Vecchio 071 HR201206.133.Notre ferry pour l'île de Pag...
070 Retour & Adios Cala Tinnari 002 Les Riceys Bas 055 Pointe de Raguenez  

Mais retour à nos voyages, toujours calibrés sur des périodes de 4 à 6 jours, trajets A/R compris et incluant le weekend. Proche, court, intense, convivial et pas cher. Voilà résumé le concept en 5 mots... La Corse, la Croatie et ses îles, la Normandie et les îles anglo-normandes (oui oui il y a des montagnes, enfin des falaises!) à vélo... S
ans oublier la Sicile et l'île-volcan de Stromboli, et en 2012, un splendide petit weekend à vélo à la découverte de Canterbury, un magnifique voyage à vélo sur les routes et les chemins d'Istrie et des îles du golfe de Kvarner ainsi qu'un WE en Sardaigne. Pour terminer la saison par un WE vélo dans l'Aube champenoise...

Et quand on ne marche pas, qu'on ne roule pas, qu'on ne pédale pas ou qu'on ne navigue pas, on... skie! Ou on surfe c'est selon ;-) Bon ok on n'est plus vraiment à la mer mais peu importe, le concept en 5 mots reste d'actualité! Déjà 7 séjours organisés : Châtel et les Portes du Soleil, Orelle et son accès direct aux 3 Vallées, Chamonix - la Mecque -, Grimentz dans le Val d'Anniviers, La Clusaz dans les Aravis, Engelberg en Suisse centrale, et Les Diablerets dans le Vaud en janvier 2013... 

201012 Orelle (3) 201103 037 2012-03-Aravis 0154
Les Gamins Arnaud_Mathieu_Thierry_Axel 1292693590 resized Shoes the Return Of
135603025146209000 resized 003 023   

Bon, et l'ambiance nous direz-vous? Ben oui l'ambiance... Sont-ce toujours les mêmes fidèles qui répondent présents à ces voyages? Non, pas toujours. Oh bien entendu il y a ceux qui forment depuis le début ce qu'on pourrait appeler le "noyau dur", ceux qui n'arrivent plus à se passer de ces petits moments d'évasion bienvenus dans notre monde où tout va si vite. Mais chaque voyage est l'occasion de faire l'une ou l'autre nouvelle recrue. Attention toutefois : l'addiction est vite au rendez-vous!

Les escapades au menu 2013 :
après un weekend entre Rhin & Moselle à vélo en avril, et une splendide escapade - toujours à vélo - à la découverte de la Bretagne du sud, notre prochaine destination sera Majorque en octobre, pour un cocktail de rando, de sports et de plaisirs ! Restez connectés pour plus d'info...

Vous vous reconnaissez dans ce bref portrait? N'hésitez plus, inscrivez-vous maintenant à notre newsletter et soyez des nôtres pour une prochaine escapade! 

 

Patrick & Fred

Published by mountain-at-sea - dans Histoires à vivre
commenter cet article

Contact

  • : Mountain@Sea Travel Club
  • Mountain@Sea Travel Club
  • : Organisation de courts séjours "montagne & mer" en petits groupes.
  • Contact

LES NEWS M@S

Majorque dans tous ses états
Rando & multi-activités (10-15/10)

Bretagne Sud à vélo 2013
 
Celle qu'il ne fallait pas manquer (Phil)
L'album photos !
Le film !


WE vélo entre Rhin & Moselle
Le film !
L'album photos !

 

Voyages M@S à venir...

Agenda 2013... 
                   
10/10 - 15/10 : Rando Majorque (5j /5n.)

Dates & infos à suivre... 
Des idées ? Contactez-nous !

Utile

Entretien printanier du vélo (Phil)
Foncez, c'est par ici!


FOCUS VIDEO

La Bretagne du sud à vélo juin 2013

Entre Rhin & Moselle avril 2013

Les Diablerets janvier 2013

WE vélo en Champagne (Aube) 19-21/10/2012
                               
Rando vélo Istrie & Kvarner 06/2012 : île de Pag      
 

Sicile 09/2011 : Stromboli en pleine action              

 Manche & Guernsey à vélo 05/2011 : "Ze Film"...


Corse 09/2009 : toutes voiles dehors


Voir toutes les vidéos